Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PoulpStory

PoulpStory

PoulpStory, le Blog d'une Fille qui Ralentit

Marhaba

Depuis trois ans maintenant, je viens régulièrement à Tanja. Ni par choix ni par conviction, mais pour gagner ma croûte.

Les premiers temps furent difficiles. Pour plusieurs raisons, mais principalement parce que le temps ne s'y écoule pas comme à mon habitude. A la fougue de la jeunesse et du poste s'associaient mon caractère tempétueux. L'envie d'être arrivée avant d'avoir commencé. L'incompréhension de certains non sens pour mon mode de fonctionnement.

Le fréquent: mais pourquoi?

Malgré tout, chaque visite me remettait en question, me bouleversait. Et me faisait prendre la mesure de ma chance.

Le temps passant, la confiance s'installa. Des deux côtés. Puis un jour, funeste et sombre, je reviens. Et il me semble qu'à défaut d'être avec ma famille, le meilleur endroit était Tanja.

Au milieu de mes collègues, parmi ceux avec lesquels j'avais le plus souffert de ces multiples questionnements. Parce qu'ici les mots ne comptent pas toujours. A mon visage fermé, à mon éternel sourire devenu absent, pas besoin de répondre aux questions non esquissées. Ca n'allait pas, pas besoin d'en rajouter. Mais la bienveillance marocaine était là. Depuis ce jour il me semble que j'ai vu ce que je n'avait fait qu'apercevoir, que j'ai entendu ce que je n'avais fait qu'écouter.

J'ai fait à nouveau le voyage. Seule. Et à mon rythme. A chaque pas, à chaque moment, je revoyais passer les fantômes de ces trois ans. Tous les transits nocturnes à l'aéroport de Casa, tous ces empilements improbables dans les coffres à bagage, toutes ces personnes croisées dans les avions, tous ces mots échangés avec les collègues. Ou non exprimés parce que non, l'arabe, ça ne veut pas sortir de ma gorge. Tous ces rires. Toutes ces incompréhensions aussi. Mais toujours l'écoute et le discours.

Ce rythme dans la conversation. Ce Blablabla, blablabla... Qui m'agaçait car je ne le comprenait pas. Qui me rassure maintenant quand il est là.

J'apprécie toujours autant qu'on m'explique l'histoire et la culture du pays. Parce qu'elles sont belles et fortes, sombres et lumineuses. Et aussi parce que Tanja ne ressemble pas qu'à ça. Parce que l'histoire de cette Babel n'est plus là, mais tellement vivante à la fois. Tournée vers le Maroc et bercée par l'Europe, mais bercée par l'Europe et tournée vers le Maroc.

Quand je suis arrivée les premières fois, on m'a raconté. Les origines. Les traditions. Le Coran. La musique. Mais c'est tellement plus que ça. Ce pilier puissant ne sert à rien s'il ne fait pas fleurir l'arbre majestueux qu'il supporte. Ce pays plein d'avenir, sa curiosité naturelle, son goût pour la modernité. Bercé par les traditions et tourné vers l'ambition.

En prenant le temps, les brides du puzzle s'organisent mieux désormais. Il me manque encore des pièces. Des paysages à voir, des chants à entendre, des histoires à écouter, des plats à partager.

Moi qui refusait l'idée de passer des vacances ici, l'idée m'effleure à présent.

Soyez les bienvenus.

Marhaba

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

P. 13/01/2015 21:15

https://www.youtube.com/watch?v=CsdULCPDOCU

PoulpStory 14/01/2015 10:57

;)