Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PoulpStory

PoulpStory

PoulpStory, le Blog d'une Fille qui Ralentit

Pétales de Sakura

Pétales de Sakura

J'ai sous mes fenêtres un arbre magnifique: un cerisier du Japon. Il vient caresser de sa cime les vitres du second étage, mais c'est au regard de mes carreaux qu'il déploie toute son envergure.

Tout au long de l'année, on se salue chaque matin à l'ouverture des volets. Je le regarde pousser. Ses premiers bourgeons m'annoncent son printemps. En silence il s'étoffe. Et puis un jour, il explose de couleurs. Tous les ans je guette le moment, mais il me surprend toujours: j'ouvre mes yeux comme j'ouvre mes rideaux, et ma rétine reçoit une ribambelle de rose pâle mêlé à du vert clair. Je souris bêtement pendant quelques minutes, j'apprécie la finesse de ses fleurs, je dénombre les nouvelles branches. Le temps s'arrête un instant.

Pendant une semaine chaque matin commence par ce moment de bonheur. L'élégance de sa stature, le calme de son feuillage, la dentelle des pétales. Les secondes immuables deviennent points de suspension. Je savoure la chance et la beauté du moment. Durant la semaine de floraison, le temps est doux. Le Soleil nous ravit quelques jours. L'appel de la Nature se décode en signaux: il est l'heure de remiser les gros manteaux, de faire le grand ménage dans la maison, de préparer le jardin. Toutes ces activités vont bon train.

Puis un jour il pleut. La tristesse s'abat sur le paysage, les tons pastels sont délavés, les envies de cocooning reviennent. Passée la stupeur, le regard se pose à nouveau sur le décor qui l'entoure: l'arbre a perdu ses fleurs, et celles qui s'y accrochent encore paraissent bien fatiguées. Mais la mélancolie ne peut s'installer, car les yeux voient ce que seul l'imaginaire pouvait concéder : la neige de printemps. Les pétales s'envolent au grès du vent, celui-ci les soulève et les faire tournoyer. Elles tourneboulent en cercle et leurs spirales forment des congères poudrées. Des monticules colorés. Des formes géométriques à contempler. A son voisinage, les passants semblent apaisés.

De sa respiration tranquille, le cerisier attend désormais l'été. Il sait que viendra l'hivers. Il patiente au rythme des saisons, tel le miroir de nos vies.

Faire Hanami n'est pas qu'une simple contemplation.

C'est aussi accepter notre condition de mortels, et apprendre l'humilité faire à la beauté de la Vie.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article