Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PoulpStory

PoulpStory

PoulpStory, le Blog d'une Fille qui Ralentit

Le projet Point Virgule

Le projet Point Virgule

Voici un article qui ne vous semblera pas slow de prime abord. Mais plutôt pas funky et énigmatique. Et pourtant ce sujet nous concerne tous.

Car à un moment de notre vie, certains d'en nous pourraient être tentés de l'arrêter.

De choisir de dire stop à la souffrance, n'ayant plus juste assez de force que pour s'ouvrir les veines.

De ne plus voir la lumière, d'être fatigué d'avancer dans l'ombre, et pour tout interrupteur ne trouver que l'overdose.

De se taire. De honte. De désespoir trop lourd à porter. D'un fardeau trop funeste à cacher.

Le projet Point Virgule

Fort heureusement pour moi, je n'ai jamais eut les idées suicidaires. J'ai toujours trop aimé la vie pour me sentir la prétention de me l'ôter. Par respect pour ceux qui me sont chers, pour ceux qui sont partis trop tôt et qui se sont battus jusqu'au bout pour la garder.

Je vous vois venir alors je préfère le dire.

Depuis ces derniers mois, bons nombres d'échanges que j'ai pu avoir avec vous m'ont ouvert les yeux sur cette maladie: la dépression.

Car c'est une maladie. Jusqu'à présent, je l'ignorais. J'ai appris qu'elle se cache tout près, sous bien des formes. Sournoisement. Profondément.

Pour ma part, le burn out n'est pas encore reconnu comme maladie professionnelle. Mon docteur coche tous les mois la case "dépression sévère réactionnelle". Certaines fois, je le vis avec un sentiment de honte et d'usurpation d'identité.

Chaque matin est une nouvelle bataille à mener, chaque soir est un pas de plus à célébrer. Je sais que je m'en sortirais. Mais je sais aussi que j'ai plus de 80% de risque de rechuter. Et cela, je veux à tout prix l'éviter.

Même si mon cas n'est pas comparable en bien des points avec les personnes dépressives, suicidaires ou additives, je mesure chaque jour combien votre présence et votre écoute me sont précieuses. Je me sens surveillée, avec bienveillance. Je reconnais sincèrement ma chance.

Si aujourd'hui mon souhait le plus cher est de m'en sortir, j'aimerais tant que toutes ces autres qui souffrent puissent se libérer également.

Ne plus sentir le poids du désespoir quotidiennement. Pouvoir en parler naturellement. Que chacun soit capable de dire: "ok, j'ai cette maladie, je l'accepte, je prends soin de moi tous les jours, je veux pouvoir vivre normalement".

Ne plus être regarder au travers du masque de la maladie. Car c'est au travers du regard de l'amour que les langues se délient. Si oser en parler semble difficile, certains mots sont simples et efficaces: demander "comment ça va aujourd'hui?" et écouter vraiment.

Aucune maladie ne dois être honteuse de nos jours. Car nous avons tous le pouvoir, si ce n'est de la guérir, du moins de l'apaiser.

Je vous propose donc des clés pour en parler autour de vous:

Parce que quand on décide d'écrire sa vie, de la partager dans un blog, d'avoir le projet d'aligner des mots sur d'autres supports qu'un cahier, on comprend combien la ligne à tracer est fragile ;)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BGM59 03/09/2015 10:53

Merci à toi pour cet article dans lequel je me reconnais complètement! J'adore la façon dont tu l'as écrit....Suite à mon burn-out début 2013, ayant 55 ans, j'ai été mise en invalidité par la Sécu depuis mai dernier. Coup très dur mais qui me permet de me libérer car je suis en procédure de licenciement avec mon employeur.Après je pourrais tourner définitivement la page...Après avoir beaucoup échangé avec ma psy qui est géniale, et avec mon entourage et mes amies, je prends cela comme une retraite anticipée et c'est à moi seule maintenant d'organiser ma vie, mes occupations, en fonction de mes "handicaps" invisibles mais toujours présents...Bref, il faut que je profite, que j'arrête de culpabiliser, et la vie est courte après tout!
Bon courage à toi, tu es jeune, il faut que tu arrives à retrouver quelque chose qui te motive (je sais, plus facile à dire qu'à faire), ne pas refuser de se faire aider... et surtout prends soin de toi, je me rends compte avec l'expérience que c'est très important! Et surtout lâcher prise....Tu aimes malgré tout la vie, elle va te le rendre à un moment ou un autre...Bonne journée! Béné

Poulpy 03/09/2015 11:01

Merci Béné pour ton message!
Effectivement, c'est une retraite anticipée, ou un changement de vie obligé. Aujourd'hui je le prends comme une chance, même si j'ai mis quelques mois pour l'assimiler.
Promis je prends soin de moi... Lentement mais sûrement!
Fais pareil de ton côté! ;)
A bientôt