Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PoulpStory

PoulpStory

PoulpStory, le Blog d'une Fille qui Ralentit

Adopte un vers

Adopte un vers

Le printemps arrive, la saison des plantations et rempotages également.

Qui dit rempotage dit terreau. Dit engrais. Dit dépenses pour faire fructifier l'avenir.

Parce que je n'ai plus un radis et parce que je me méfie des produits chimiques pouvant être ajoutés dans la terre que l'on nous vend, je suis passé depuis plus d'un an au lombricompostage.

Le principe est simple: on met dans le lombricomposteur les déchets alimentaires "verts" et des matières carbonées, on faire travailler les vers et on récupère le compost quelques mois plus tard!

Le principal avantage, c'est que la poubelle des déchets ménagers et à recycler diminue considérablement. La cerise sur le gâteau, ce sont un engrais naturel hyper performant gratuit (la branche de yucca donné par ma voisine il y a un an m'a servit de sapin de Noël cette année tellement la plante a grandi), et du terreau très riche gratuit (et un potager aérien pour presque rien).

Je n'irai pas dire que cela procure également une agréable compagnie: les vers sont silencieux et inodores. Ils mangent presque tout ce que je leur donne, ils se baladent entre les différents étages de leur maison, ils se reproduisent. Tout va bien.

Adopte un vers

Tout va donc dans le meilleur des mondes.

Ha si. Un petit bémol: le prix.

Parce que j'ai bien tenté de bricoler la maison des vers en récupérant des bacs vides, mais pour moi toute seule, cela ressemble plus à un immeuble HLM impossible à alimenter. Je mange des légumes, je m'engloutis pas un potager.

Avec l'aide de mes collègues, j'ai également tenté de récupérer des vers de compost. Pendant une journée, tous les collaborateurs de mon étage ont joué le jeu: ils ont mis les filtres à café des deux cafetières de côté pour récupérer le mar. Qui fut ensuite placé sur le compost du collègue bricolo du service qualité. Chaque semaine pendant un mois, il venait me voir, un peu déçu: le piège à vers au fond de son jardin ne fonctionnait pas. Il faisait déjà trop froid: l'automne picard, c'est quand même rude.

Je me suis dis que des gens aux idées farfelues, il devait bien en avoir autour de moi. Je suis tombée sur ce site génial, qui propose de donner des vers de compost entre particuliers: Plus 2 Vers. Hélas pour moi, la seule personne dans ma région qui était présente sur la carte remettait ses vers dans son compost une partie de l'année.

Pas de vers tout droit sortis de la terre donc.

Têtue que je suis, j'ai sauté le pas: j'ai acheté le lombricomposteur et les vers tout prêts.

Mais j'ai gardé dans un coin de ma tête cette idée de partage. Je me suis inscrite comme donneuse sur Plus2Vers. Et bien les gens en redemandent!

Alors quand vient la période du nettoyage de bac, je me prépare au départ de quelques uns de mes compagnons: je leur confectionne une petite boîte de transport, je leur parle de leur nouvelle maison, je leur donne quelques épluchures et beaucoup de carton. Je suis un peu triste de les laisser partir, mais je suis encore plus heureuse qu'ils aillent s'épanouir ailleurs.

Non je ne verse pas dans le mélodramatique de bas étage: les vers et moi vivont presque en symbiose, au fil des saisons. A regarder pousser les légumes, puis à les manger. J'apprécie l'idée qu'une nouvelle famille puisse découvrir les joies du compostage, la complexité du jardinage, le miracle de la naissance des bébés vers, les étapes de la décomposition.

Car au final, faire du compost chez soi, c'est prendre conscience qu'à la fois nous ne sommes rien, puisque nous reviendrons tous à la terre. Mais que par là même nous sommes tous: le compost des idées et expériences du passé deviendra le terreau fertile des potentialités de demain.

Alors je remet mes protégés à des familles inconnues. Si ce ne sont que des invertébrés, les nouveaux adoptants sont quelque peu fébriles à l'idée de ne pas savoir s'en occuper. Nous en discutons, je les rassure et leur raconte mon histoire. Ils me partagent la leur. Leurs envies, leurs attentes. Qui traduisent surtout notre besoin de simplicité.

Ils repartent un peu plus confiants et sereins, les lombrics sous le bras. L'aventure du lombricompostage fera entrer chez eux la magie de la lenteur et de la gratitude, naturellement.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Poulattitude 17/03/2016 12:45

Genial ce système

Poulpy 17/03/2016 21:05

yep! tu t'y mets quand?
je te ramène des vers au mois de mai? ;)